Mini-série spéciale confinement : comment s’appuyer sur la période actuelle pour éviter le retour au « Business as usual » ?

Selon l’un des principes de la permaculture, « Le problème, c’est la solution ». Ce principe est une invitation à voir, derrière chaque événement, de quel point de vue celui-ci représente une opportunité pour le système. Depuis quel(s) point(s) de vue la crise du Covid-19 est-elle une opportunité ? Comment pouvons-nous nous appuyer sur la période actuelle pour donner un coup de « boost » à la transition écologique ? Je vous propose dans cette série de 3 vidéos de faire le point sur cette question, et envisager 3 étapes pour profiter de cette occasion, et éviter le retour au « Business As Usual ».

1ère étape : Affronter le réel (et faire un bilan RADICALEMENT réaliste)

[EDIT :] Après avoir mis en ligne cette vidéo, plusieurs personnes ont porté à mon attention l’excellent texte de Bruno Latour intitulé : « Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise » que vous trouverez en suivant ce lien : https://aoc.media/opinion/2020/03/29/… (Texte accessible gratuitement en intégralité sur inscription au site).

Il propose un « outil pour aider au discernement », appelé « auto-description », et qui me semble très proche de la logique de « bilan » que je propose dans ma vidéo : « Comme il est toujours bon de lier un argument à des exercices pratiques, proposons aux lecteurs d’essayer de répondre à ce petit inventaire. Il sera d’autant plus utile qu’il portera sur une expérience personnelle directement vécue. Il ne s’agit pas seulement d’exprimer une opinion qui vous viendrait à l’esprit, mais de décrire une situation et peut-être de la prolonger par une petite enquête. C’est seulement par la suite, si vous vous donnez les moyens de combiner les réponses pour composer le paysage créé par la superposition des descriptions, que vous déboucherez sur une expression politique incarnée et concrète — mais pas avant. Attention : ceci n’est pas un questionnaire, il ne s’agit pas d’un sondage. C’est une aide à l’auto-description*. Il s’agit de faire la liste des activités dont vous vous sentez privées par la crise actuelle et qui vous donne la sensation d’une atteinte à vos conditions essentielles de subsistance. Pour chaque activité, pouvez-vous indiquer si vous aimeriez que celles-ci reprennent à l’identique (comme avant), mieux, ou qu’elles ne reprennent pas du tout. Répondez aux questions suivantes :

Question 1 : Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent pas ?

Question 2 : Décrivez a) pourquoi cette activité vous apparaît nuisible/ superflue/ dangereuse/ incohérente ; b) en quoi sa disparition/ mise en veilleuse/ substitution rendrait d’autres activités que vous favorisez plus facile/ plus cohérente ? (Faire un paragraphe distinct pour chacune des réponses listées à la question 1.)

Question 3 : Quelles mesures préconisez-vous pour que les ouvriers/ employés/ agents/ entrepreneurs qui ne pourront plus continuer dans les activités que vous supprimez se voient faciliter la transition vers d’autres activités ?

Question 4 : Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles se développent/ reprennent ou celles qui devraient être inventées en remplacement ?

Question 5 : Décrivez a) pourquoi cette activité vous apparaît positive ; b) comment elle rend plus faciles/ harmonieuses/ cohérentes d’autres activités que vous favorisez ; et c) permettent de lutter contre celles que vous jugez défavorables ? (Faire un paragraphe distinct pour chacune des réponses listées à la question 4.)

Question 6 : Quelles mesures préconisez-vous pour aider les ouvriers/ employés/ agents/ entrepreneurs à acquérir les capacités/ moyens/ revenus/ instruments permettant la reprise/ le développement/ la création de cette activité ?

(Trouvez ensuite un moyen pour comparer votre description avec celle d’autres participants. La compilation puis la superposition des réponses devraient dessiner peu à peu un paysage composé de lignes de conflits, d’alliances, de controverses et d’oppositions.) »

2ème étape : Se mettre à l’écoute du vivant… en nous !

3ème étape : S’inspirer du vivant pour construire la société de demain

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *